Omni, système de motorisation de fauteuils roulants par trottinette

capture d'écran de la retransmission des universités d'été avec Charlotte Alaux qui intervient, le bandeau de transcription simultanée en haut de l'écran et l'interprète en langue des signes française à droite.

À l’occasion des 2èmes universités d’été du conseil national consultatif des personnes handicapées à la Bibliothèque Nationale de France, démonstration d’Omni, système de motorisation de fauteuils roulants par trottinette.

Avec Charlotte Alaux, co-fondatrice.

Replay de la démonstration du 21 septembre 2021 d’Omni, système de motorisation de fauteuils roulants par trottinette

Charlotte Alaux : Bonjour à tous, je suis Charlotte Alaux, co-fondatrice d’OMNI. Je voudrais remercier le CNCPH, notamment Jérémie Boroy, pour nous avoir invités aujourd’hui à présenter notre initiative. Le mieux, c’est de parler un peu d’OMNI. On est une entreprise qui développe des solutions abordables et inclusives pour améliorer la mobilité des personnes à mobilité réduite.

capture d'écran de la retransmission des universités d'été avec Charlotte Alaux qui intervient et fait une démonstration de l'équipement Omni avec le fauteuil roulant couplé à la trottinette électrique, le bandeau de transcription simultanée en haut de l'écran et l'interprète en langue des signes française à droite.
Présentation d’Omni par Charlotte Alaux (universités d’été du CNCPH 2021)

Notre première solution, c’est une fixation qui permet de motoriser son fauteuil grâce à une trottinette électrique. Le mieux c’est qu’on reparte depuis le début pour qu’on comprenne comment on en est arrivé là. Je suis en fauteuil roulant manuel depuis l’âge de quatre ans et il y a trois ans, j’ai rencontré trois ingénieurs incroyables, qui faisaient une formation d’innovation « centrée utilisateur », l’idée c’est de se mettre à la place de l’utilisateur pour développer des solutions. Et donc eux leur brief c’était de trouver une solution pour améliorer la mobilité au sens large des personnes en fauteuil roulant. La première chose qu’ils ont faite, vu qu’ils y connaissaient rien et qu’ils étaient valides, c’était de se mettre en fauteuil, en immersion, pour comprendre quels sont les défis quand on est en fauteuil, au quotidien : que ce soient les défis techniques, ils se sont vite rendu compte que ça faisait mal au bras de pousser son fauteuil, tous les petits obstacles auxquels on ne prête pas forcément attention quand on est valides : les plaques d’égout, et les changements d’itinéraire pour les transports en commun. Toutes ces choses font que les trajets prennent deux fois plus de temps et que les interactions sociales sont aussi différentes quand on est en fauteuil, ils ont été assez touchés de voir la bienveillance des gens pour nous aider quand on a un problème et de voir tous ces changements quand on est valide ou en fauteuil.

Il y a eu cette première phase d’immersion, puis il y a eu une phase d’interviews auprès de personnes en fauteuil roulant, dont moi, et d’experts médicaux. Il y avait à peu près 80 personnes qui étaient incluses dans le projet. Ils se sont rendu compte qu’il y avait ces problématiques de mobilité qu’ils avaient observées sur le terrain, et qu’il y avait aussi un besoin d’être comme tout le monde et d’avoir accès aux mêmes solutions ; ce besoins était très fort chez les personnes qu’ils ont pu rencontrer. Et donc on a développé plein de solutions hyper rapides avec des petits bricolages, qui permettaient d’être testées. Ils m’ont fait tester une trottinette électrique. Je ne savais pas comment ça allait se passer, mais j’ai trouvé le concept très chouette. J’ai essayé en bas de chez moi, où il y a plein de pavés et c’était incroyable parce que ça permettait de franchir tous les obstacles qu’on a l’habitude de rencontrer. En plus de ça, ça provoquait des émotions que je n’avais pas eues depuis très longtemps, la sensation d’être comme sur un vélo, ou une mobylette. Quand je l’ai fait essayer à d’autres personnes, elles ont toutes eu la même réaction que moi : de se dire c’est un truc hyper chouette, très performant, qui permet de passer plein d’obstacles et permet de pouvoir rouler pendant une cinquantaine de kilomètres en autonomie. C’est un produit plus abordable que ce qui existe aujourd’hui dans le paramédical, parce qu’on s’appuie sur un produit grand public. C’est une solution inclusive et fun : on utilise la même trottinette que tout le monde. C’est vraiment ça l’objectif de l’inclusion.

capture d'écran de la retransmission des universités d'été avec Charlotte Alaux qui intervient et fait une démonstration de l'équipement Omni avec le fauteuil roulant couplé à la trottinette électrique, le bandeau de transcription simultanée en haut de l'écran et l'interprète en langue des signes française à droite.
Présentation d’Omni par Charlotte Alaux (universités d’été du CNCPH 2021)


Je vous propose de vous montrer concrètement comment ça fonctionne. Il y a des petites attaches qui se trouvent sur le fauteuil roulant. Elles sont noires, très discrètes et faites pour ne pas alourdir le fauteuil ou empêcher quoi que ce soit comme le pliage. On a cette pièce-là, en forme de U, qui permet de se paramétrer, et de s’adapter à toutes les morphologies de fauteuil roulant. Et il y a une dernière partie qui est la fixation, qui se trouve sur la trottinette électrique et qui permet de faire le lien avec le fauteuil. Je vais vous montrer comment on l’installe. Ça prend vraiment quelques secondes. L’objectif, c’était aussi de pouvoir s’équiper en quelques instants si on a envie de partir en trottinette. On fait un petit deux roues, on se pose sur le plateau, et en tirant la trottinette vers soi on est accrochés. On n’a plus qu’à appuyer sur le bouton « démarrer » et c’est parti ! Et donc tout se fait avec les commandes à l’avant de la trottinette. Ce projet a nécessité deux ans de R&D pour avoir le produit qui s’adapte à un maximum de fauteuils et de trottinettes. Il a passé tous les tests au laboratoire du CERA. On est dans notre première année de production et de livraison.

On a aujourd’hui 300 utilisateurs qui utilisent notre solution à travers toute la France. L’idée, c’est de développer encore d’autres solutions de ce type, toujours abordables et inclusives. La suite du projet, c’est d’avoir un maximum d’utilisateurs qui puissent utiliser notre solution. On est en discussion avec des opérateurs de trottinettes en libre-service pour rendre accessibles les trottinettes qu’on peut voir dans la rue, pour que la mobilité partagée soit elle aussi, accessible à tout le monde. Voilà où nous en sommes aujourd’hui. Merci encore de nous avoir permis de vous présenter notre projet. Si vous voulez plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter sur www.omni.community. Merci beaucoup, à très vite.

Publié le
Catégorisé comme UE 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *